Sélection romans jeunesse : rencontres virtuelles

Flash Mob

Lorris Murail (Grasset, 2005) (collège)

 

Pour Jules, en 5ème, affublé de boutons et d’oreilles décollées, les filles, pas question de s’y intéresser ; seule Mlle Renart, sa prof de français, l’intrigue : elle a l’air si triste. Jules se dit qu’une histoire d’amour ferait du bien à sa prof, et passe en son nom une annonce sur un club de rencontres Internet…

Face à l’avalanche de réponses qu’elle reçoit, Mlle Renart, furieuse, ayant reconnu que la photo de l’annonce provenait d’une photo de classe, s’adresse à l’ensemble de ses élèves. Après les cours, Jules se dénonce et, effondrée, Mlle Renart finit par lui raconter son histoire : un mariage raté, et un enfant enlevé par son père…

Jules décide alors de retrouver le fils de Mlle Renart pour le rendre à sa mère. Il ira jusqu’à organiser un « flash mob », mouvement de foule organisé sur Internet, destiné à faire diversion pour leur permettre d’être à nouveau réunis…

  

Je voudrais que tu…

Franck Andriat (Grasset, 2011) (collège)

« De lui, je n’ai vu que quelques photos, celles qu’il partage sur le net. Mais il n’en dit pas beaucoup sur sa vie ; j’imagine une histoire folle… Et si tout cela était trop parfait pour être vrai ? Si son profil n’était qu’un masque ? Pourtant, sur chaque photo, j’ai l’impression que ses yeux me sourient… »

 

 

 

Mauvaise connexion

Jo Witek (Talents Hauts, 2012) (3e – lycée)

 

« Je me suis inscrite sur un nouveau tchat. J’ai tapé Marilou. Je trouvais que ce pseudo correspondait bien à la fille que j’avais envie d’être. Plus sexy, plus délurée, plus effrontée aussi. Marilou, une autre moi-même. Une fille qui l’a tout de suite attiré. – Bonjour, Marilou. C’est joli comme prénom. T’as quel âge ? J’ai menti : Seize. Et toi ? – Vingt. Mentait-il lui aussi ? Je ne me suis pas vraiment posé la question, trop heureuse de partager ma tristesse nocturne avec un garçon. J’ai poursuivi. – Je viens de me disputer avec ma mère. Elle refuse que je fasse des photos de mode. – Elle doit être jalouse de ta beauté. – Merci. Je crois que tu as raison. – Je sais de quoi je parle, je suis photographe de mode. – C’est vrai ? – Oui, pour des défilés à Paris et des shooting magazines. On peut la voir quelque part ta jolie frimousse, Marilou ? Voilà. Ça a commencé comme ça. »

 

Publicités