Internet, espace de liberté

Ceux qui sauront / Pierre Bordage

Ed. Flammarion

L’auteur a imaginé que le pouvoir royal concentré à la cour de Versailles a été rétabli depuis 1882. En 2008, les riches détiennent le savoir alors que les pauvres sont condamnés à l’ignorance. Ceux qui essaient de s’instruire ainsi que leurs formateurs sont persécutés. L’un des personnages du roman, Clara découvre un espace de liberté en utilisant Internet. Elle découvre comment passer du réseau officiel au deuxième monde.

Publicités

Sélection romans jeunesse : e-réputation et cyber-harcèlement

La fille seule dans le vestiaire des garçons

Hubert Ben Kemoun (Flammarion, 2013) (3e – lycée)

 

Une fois de plus, Enzo, le «beau-gosse» du collège, tente lourdement de séduire Marion. Et une fois de plus, la jeune fille le repousse. Sauf que ce jour-là, les choses dérapent : suite à un coup de pied mal placé de Marion, Enzo lui jure qu’il se vengera. Habile, il parvient à gagner sa confiance et à la troubler… pour mieux la trahir : une vidéo filmée à son insu, où elle se laisse embrasser par lui, est diffusée dans tout le collège. Pour Marion, la honte ressentie au début laisse peu à peu place à la rage. Seule dans le vestiaire des garçons, elle prépare sa vengeance, sans réfléchir aux conséquences d’un tel acte…

 

 

Ma réputation

Gaël Aymon (Actes Sud Junior, 2013) (3e – lycée)

 

Laura, 15 ans, préfère la compagnie des garçons. Les mimiques travaillées, les soirées filles, c’est pas trop son truc. Mais lorsqu’elle repousse les avances de Sofiane, ses amis lui tournent le dos et Laura se retrouve seule et vulnérable. Seule en cours, seule au self, seule dans les couloirs. Les pires ragots circulent à son sujet sur les réseaux sociaux, la rumeur enfle et l’isolement de Laura grandit. Jusqu’à sa rencontre avec Joséphine, élève solitaire et marginale comme elle, qui va l’aider à relever la tête et dénoncer le harcèlement dont elle est victime.

Sélections romans jeunesse : blog et journal intime

Reality Girl

Lorris Murail (L’archipel, 2010) (collège)

 

« Quand j’étais petite, j’avais un journal secret avec un cadenas. Là, on dirait que c’est pareil. Sauf que vous avez le droit d’entrer. » Quand ses parents, tout juste séparés, s’égarent dans des émissions de télé-réalité, Aurore, quatorze ans, décide de «s’orpheliniser» et part vivre chez sa grand-mère. N’ayant personne à qui se confier, elle crée un blog. Grâce à ce journal intime, cette grande timide, «jolie autour de son grand nez», tente de s’ouvrir au monde tout en restant cachée. Jusqu’à ce que l’amour la surprenne…

 

 

Blog

Jean-Philippe Blondel (Actes Sud, 2011) (4e – lycée)

 

Quand le narrateur découvre que son père espionne son blog, cette révélation lui fait l’effet d’une trahison, d’un « viol virtuel ». Révolté, il décide de ne plus lui adresser la parole. Pour se racheter, le père fait don à son fils d’un vieux carton poussiéreux, contenant lettres et journaux personnels de son adolescence… et un lourd secret.

Sélection romans jeunesse : rencontres virtuelles

Flash Mob

Lorris Murail (Grasset, 2005) (collège)

 

Pour Jules, en 5ème, affublé de boutons et d’oreilles décollées, les filles, pas question de s’y intéresser ; seule Mlle Renart, sa prof de français, l’intrigue : elle a l’air si triste. Jules se dit qu’une histoire d’amour ferait du bien à sa prof, et passe en son nom une annonce sur un club de rencontres Internet…

Face à l’avalanche de réponses qu’elle reçoit, Mlle Renart, furieuse, ayant reconnu que la photo de l’annonce provenait d’une photo de classe, s’adresse à l’ensemble de ses élèves. Après les cours, Jules se dénonce et, effondrée, Mlle Renart finit par lui raconter son histoire : un mariage raté, et un enfant enlevé par son père…

Jules décide alors de retrouver le fils de Mlle Renart pour le rendre à sa mère. Il ira jusqu’à organiser un « flash mob », mouvement de foule organisé sur Internet, destiné à faire diversion pour leur permettre d’être à nouveau réunis…

  

Je voudrais que tu…

Franck Andriat (Grasset, 2011) (collège)

« De lui, je n’ai vu que quelques photos, celles qu’il partage sur le net. Mais il n’en dit pas beaucoup sur sa vie ; j’imagine une histoire folle… Et si tout cela était trop parfait pour être vrai ? Si son profil n’était qu’un masque ? Pourtant, sur chaque photo, j’ai l’impression que ses yeux me sourient… »

 

 

 

Mauvaise connexion

Jo Witek (Talents Hauts, 2012) (3e – lycée)

 

« Je me suis inscrite sur un nouveau tchat. J’ai tapé Marilou. Je trouvais que ce pseudo correspondait bien à la fille que j’avais envie d’être. Plus sexy, plus délurée, plus effrontée aussi. Marilou, une autre moi-même. Une fille qui l’a tout de suite attiré. – Bonjour, Marilou. C’est joli comme prénom. T’as quel âge ? J’ai menti : Seize. Et toi ? – Vingt. Mentait-il lui aussi ? Je ne me suis pas vraiment posé la question, trop heureuse de partager ma tristesse nocturne avec un garçon. J’ai poursuivi. – Je viens de me disputer avec ma mère. Elle refuse que je fasse des photos de mode. – Elle doit être jalouse de ta beauté. – Merci. Je crois que tu as raison. – Je sais de quoi je parle, je suis photographe de mode. – C’est vrai ? – Oui, pour des défilés à Paris et des shooting magazines. On peut la voir quelque part ta jolie frimousse, Marilou ? Voilà. Ça a commencé comme ça. »

 

Sélection romans jeunesse : les réseaux sociaux

273 amis

GEP et Edith Chambon (Mouck, 2012) (collège, dès la 6e)

 

La petite Sonia croit que plus on a d’amis sur les réseaux sociaux et plus on grandit vite. 273 amis ! C’est cool ! Jusqu’au jour où Sonia s’aperçoit qu’il vaut mieux tourner deux fois sa souris dans la main avant de tagguer une photo sur Facebook…

 

 

 

Réseau(x)

Vincent Villeminot (Nathan, 2013) (3e – Lycée)

 

Sur les réseaux chacun pensait connaître chacun. Chacun surveillait, espionnait, aimait chacun. Mais désormais, trois guerres sont déclenchées, sur le web et dans le monde réel. Et Sixie est l’enjeu, le butin, le gibier de tous les combattants.

 

 

 

 

Profil

Jay Asher (Milan, 2012) (3e – Lycée)

1995. Pour ses 15 ans, Emma vient d’avoir son premier ordinateur. Avec Josh, son meilleur ami, elle découvre le web. Facebook n’existe pas encore, mais un drôle de bug les connecte sur le futur, sur ce que seront leurs profils, quinze ans plus tard. Une fenêtre sur leur vie à venir : travail, amis, amours, familles. Le problème, c’est que le profil d’Emma ne lui va pas. Pas du tout.

 

 

 

 

Le soleil et la mort

Elise Fontenaille (Grasset, 2011) (3e – Lycée)

Depuis le décès d’Anton, son grand-père, Ulysse doit vivre avec son père, presque un inconnu, et sa belle-mère. Les relations sont tendues, la communication inexistante, et lorsque Laetitia écrase Mao, le chat d’Ulysse, c’est le détonateur.

Seul dans sa chambre, coupé du monde, Ulysse se refugie sur la Toile, et découvre “Le soleil et la mort”, où l’étrange Vlad promet aux utilisateurs de son site d’organiser leur suicide, sans douleur, et dans des conditions idéales.

Avec Kim, Océane et Marco, ils vont planifier leur « départ » ; si leurs motivations sont différentes, ils ont en commun de ne pas trouver d’issue à leurs problèmes. Le jour J, ils partent sur l’île bretonne où vivait Anton, pour s’isoler, s’immerger dans un environnement sauvage, avant le grand saut. Mais rien ne se passera comme prévu…

Littérature d’anticipation et dystopie

Cadre : séance de français, mais aussi club et atelier lecture

Présentation de livres de science-fiction précurseurs de la littérature d’anticipation ; lien avec les romans de « dystopie ».

Réalisation d’une exposition au CDI (avec les livres et les commentaires des élèves) +  une exposition numérique sur le site web du CDI.

 

Exemple :

 

 

Little Brother, de Cory Doctorow

Editions Pocket Junior

Fan de nouvelles technologies et de jeux video en réseau, Marcus, 17 ans, mène une vie sans histoires… même s’il défie parfois les caméras de surveillance du lycée ou pirate quelques sites Internet. Jusqu’au jour où il est pris dans les mailles d’un service anti-terroriste, emprisonné et torturé. Marcus décide alors de combattre les abus du pouvoir en utilisant ses talents informatiques. Un acte de résistance, qui se transformera en un vaste mouvement de rébellion…

« Ce livre n’aurait jamais vu le jour sans le roman magnifique, bouleversant, de George Orwell, 1984. Le meilleur roman jamais écrit sur une société qui déraille. » Cory Doctorow